La Blockchain

La Blockchain est un registre qui permet de stocker et d’échanger des informations de manière sécurisée, fiable et non modifiable, comme un cadastre ou un registre notarial.​ ​
En bref, il s’agit d’une base de données. À cela, il faut préciser que cette base de données est distribuée, elle est partagée par l’ensemble de ses utilisateurs.
Il faut donc comprendre qu’il n’y aucun mécanisme central de gestion de la Blockchain, c’est un système totalement autonome.​
​Le caractère décentralisé de la Blockchain, couplé avec sa sécurité et sa transparence, promet des applications bien plus larges que le domaine monétaire.​ ​ ​


Comment parler de Blockchain sans aborder la notion de jeton (token). ​

Un token est un actif numérique émis et échangeable sur une Blockchain. Cet actif possède les caractéristiques suivante : infalsifiabilité, enregistrement des échanges dans un registre immuable, sécurité des échanges, etc.​

Il est personnalisable, afin de pouvoir par exemple être utilisé dans une application décentralisée, communément appelée Smart Contract. A ce titre, il peut représenter ainsi un droit d’usage d’un produit ou service Blockchain ; un droit de vote ; un droit d’auteur ; un moyen de paiement ; une réputation ; etc.​

On peut classer l’utilisation de la Blockchain en trois catégories :​

Les applications pour le transfert d’actifs (utilisation monétaire, mais pas uniquement : titres, votes, actions, obligations…).​

Les applications de la Blockchain en tant que registre : elle assure ainsi une meilleure traçabilité des produits et des actifs.​

Les Smart Contracts : il s’agit de programmes autonomes qui exécutent automatiquement les conditions et termes d’un contrat, sans nécessiter d’intervention humaine une fois démarrés.​

Les champs d’exploitation sont immenses : banques, assurance, santé et industrie, supply chain de nombreux secteurs, vote…​

Nous pouvons distinguer trois types de Blockchain : 

Publique : elle permet à tous ses usagés de participer à la validation des transactions et une lecture du registre à toutes personnes sans restriction. La modification des transactions est quasiment impossible. 

 

Privée : le gérant choisit les utilisateurs et valide les blocs. La lecture des transactions dans une Blockchain privée n’est souvent ouverte qu’aux utilisateurs. Il est aussi généralement possible d’organiser une modification des transactions par le gérant. 

 

Hybride : c’est un modèle de Blockchain où seuls les nœuds limités et sélectionnés peuvent être utilisateurs, vérifier et approuver les transactions. Une modification du registre serait possible par la majorité des nœuds. La lecture est en principe privée entre les utilisateurs.